• Compteur de visites

  • Pages

  • Blog officiel de Mickaël Paitel, auteur de romans

    Cet espace a été créé le Dimanche 7 Décembre 2008 par Mickaël Paitel, auteur de romans policiers. (c) 2008/2017 _________________ Pourquoi avoir choisi ce nom, electron libre ? Une chanson de CharlElie Couture dont voici un extrait du texte, m'a inspiré: "Je suis un électron libre plein de contradictions, de la chaîne humaine je suis un maillon, indocile en désobéissance j'ai l'âme en résistance, j'connais pas les codes, j'ai d'autres valeurs ou plutôt les miens sont pas les leurs". Album : Newyorcoeur. (2006) Titre : L'emmerdeur. Label : Wagram. Les photos sont en majorité prises par l'auteur. Si, par hasard, une de vos image vous appartenait, je m'engage à la supprimer à votre demande. (c) Création et textes: Mickaël Paitel, auteur breton référencé sur K-Libre.
  • Archives

  • Spam Blocked

  • Mickaël Paitel

Interview d’une dessinatrice touche-à-tout, Agnès Fedrizzi

tn_image2.JPG

PEUX-TU TE PRÉSENTER EN QUELQUES MOTS ?

Je vais essayer, car je n’aime guère parler de moi.

J’ai vu le jour un samedi premier février mille neuf cent cinquante-huit pour plonger dans le silence complet, probablement suite à une destruction de mes cochlées par la streptomycine. Le médecin n’a pas pensé à interdire l’allaitement lorsqu’il a prescrit les injections de ce médicament à ma mère.

Mais ça ne m’a pas empêchée d’exercer avec passion  pendant vingt-six ans la kinésithérapie libérale, toute seule à mon compte dans une commune socio-culturellement difficile mais passionnante.

Ce, jusqu’au moment où tous mes ligaments, tendons et disques intervertébraux m’ont lâchée à force de mouvements répétitifs, de manutention des patients lourdement handicapés, ( je faisais tout à la main en ne prenant qu’un patient à la fois et en travaillant jusqu’à soixante-dix heures par semaine ).

Depuis cinq ans, je me la coule douce en profitant pleinement de la vie grâce aux avantages financiers de mon statut d ‘« invalidité professionnelle définitive » en prenant tout ce qui m’est agréable, en l’occurrence  assouvir ma  passion du dessin.

JE SAIS QUE TU CONSACRES LES FÊTES DE NOËL À AIDER LES VA- NU-PIEDS. D’OÙ VIENT CE SENS DE LA SOLIDARITÉ ?

C’est feu ma Mère qui m’a transmis génétiquement sa générosité (et aussi son beau sourire quel que soit son moral ).

J’ai toujours fonctionné ainsi. Ça va faire une bonne quarantaine d’années que je fais du bénévolat dans des associations pour sourds notamment à SERAC où j’ai été présidente de SERAC-CULTURE, ( pendant dix ans ), en proposant des sorties au théâtre grâce à la mise en place des sous-titrages ou des interprètes en Langue des Signes Français ou à la sélection de spectacles visuels.

COMMENT AS-TU DÉCOUVERT TA PASSION POUR LE DESSIN ET À QUEL ÂGE ?

Je ne l’ai jamais découverte, je suis née « avec le crayon à la bouche ». D’autant plus que je ne suis pas la seule dans ma famille : ma grande sœur dessinait beaucoup, mon oncle maternel était dessinateur affichiste publicitaire, ( élève puis ami de Max Ponty qui a dessiné les fameuses « gitanes » sur le paquet de cigarettes ), sa fille Béa qui est la plus douée de nous tous, en réalisant de magnifiques toiles avec des couleurs chaleureuses et élégantes sur fond de mélancolie bien à elle. Il y avait aussi le frère de mon grand-père maternel que je n’ai hélas peu connu.

COMMENT TE VIENNENT TES IDÉES DE DESSINER SUR TEL OU TEL SUJET ?

Spontanément ! N’importe où, n’importe comment !

C’est souvent dans les lieux publics ou transports en commun que je trouve mon inspiration ou en traînant dans les rues et bistrots de Paris. D’ailleurs, je m’arrange toujours d’être en avance à un rendez-vous pour pouvoir dessiner n’importe quoi sur mon carnet Moleskine qui ne me quitte jamais et dans lequel j’écris en vrac mes impressions ou notes diverses qui n’ont pas forcément de lien avec les dessins.

Ainsi, je fais de ce carnet un véritable « foutoir » d’émotions, de colère, de réflexions, de souvenirs d’enfance et surtout beaucoup d’humour caustique, pas toujours très gentil sur l’espèce humaine.

Étant « dévoreuse de presse écrite », j’y pioche une foule d’idées de dessin dans les journaux que je lis tous les jours en prenant mon petit-déjeuner.

QU’EST-CE QUI TE MOTIVE DANS L’ACTE DE PEINDRE, DE DESSINER ET DE SCULPTER ? EST-CE LA RETRANSCRIPTION DE PEURS, UN BESOIN, D’UN CRI OU EST-CE UN SIMPLE LOISIR ?

C’est tout bêtement du plaisir, un besoin de m’évader.

Et surtout une envie de faire part de mon observation caustique avec ce constant besoin de tout tourner en dérision.

Quant à la sculpture, je n’ai fait que du modelage pendant quelques années. Sans plus tant je suis accro du dessin à la mine de plomb.

Plus tard, je m’y remettrai, car c’est sympa de travailler l’argile.

TU AVOUES ÊTRE UNE AMATRICE EN ART. SI DEMAIN, ON TE PROPOSAIT UN CONTRAT POUR UNE CAMPAGNE PUBLICITAIRE, POUR ILLUSTRER UN JOURNAL, ACCEPTERAIS-TU CES PROPOSITIONS ?

Je ne sais pas trop, car j’ai peur de perdre ma liberté.

Sauf si je sympathise bien avec la personne qui me fait la demande. Je ne me fais guère d’illusion à mon âge d’être repérée par mes journaux préférés tels que Le Canard Enchaîné ou Charlie Hebdo. J’ai toujours rêvé de faire du dessin de presse satirique. J’ai grandi avec CABU, SINÉ, Claire BRÉTÉCHER, GOTTLIB.

ENFIN, DERNIÈRE QUESTION. TE CONSIDÈRES-TU COMME UNE ARTISTE DE L’OMBRE  ?

Tout à fait et je m’y complais…! D’où ma réticence à exposer ou à m’exhiber aux vernissages. Je fuis les mondanités, car je m’y ennuie profondément et aussi parce qu’avec le bruit, je ne peux pas suivre les conversations.

Retrouvez le lien cliquable de son site, www.agnesfedrizzi.odexpo.com, en commentaire sous cet article.




« Anciens sujets Nouveaux sujets »


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 1626 articles | blog Gratuit | Abus?